Les idées suicidaires ne naissent pas au hasard, et font souvent suite à une crise (séparation, deuil, licenciement, fin d'études, retraite, conflit familial, crise identitaire…) ou un passé traumatique. Ces idées noires accompagnent souvent un vécu dépressif, un stress chronique, une perte de confiance en soi et une solitude importante. Une prise en charge personnalisée en suivi psychologique est dès lors nécessaire pour traiter le fond du problème. L'aide des groupes thérapeutiques pourra être également appréciable pour permettre de renouer le lien avec les autres.

Signes précurseurs. C'est la présence inhabituelle et simultanée de plusieurs des facteurs suivants (dont certains sont communs avec la dépression), et leur persistance dans le temps, qui sont la marque d'un danger suicidaire potentiel :
   . Messages directs ou indirects sur la mort et le suicide
   . Changements brusques de l'humeur et du comportement
   . Fatigue importante ou hyperactivité compulsive
   . Perte de goût pour les centres d'intérêts habituels
   . Isolement, coupure soudaine avec l'entourage
   . Désinvestissement brusque du scolaire/professionnel
   . Dons inhabituels d'objets qui lui sont chers.


Quoi faire ? En parler à des personnes de confiance, et ne pas hésiter à demander de l'aide en contactant notre centre ou d'autres professionnels. S'il s'agit d'un proche : prenez-le au sérieux et faites-lui part de vos inquiétudes à son sujet ; évitez de le juger, lui faire la morale, ou lui donner vos recettes de bonheur, enfin encouragez-le à prendre contact avec un lieu d'aide spécialisé ou une personne ressource.

ATIS  -  04.78.28.77.93  -  5 rue Pizay,   Lyon 1     solitude | confiance en soi | phobie sociale | stress | anxiété | souffrance au travail | deuil | dépression | suicide | centre | entretiens | groupes